Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Accueil

                   MDL Aix











© Ronald Van Cauter, 2006

 

Chercher dans le catalogue de la bibliothèque



A vous de jouer !

27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 18:03
Moi, les personnages que j'aime et nos relations parasociales

Avez-vous déjà senti votre cœur battre ardemment pour un personnage fictif ? Oui ? Félicitations vous êtes normal.e !

Être captivé.e par un personnage fictif au point de ressentir de l’amour est finalement une expérience assez commune que tout le monde n’a peut-être pas assumée mais déjà expérimentée. On les appelle : les relations parasociales. Très similaires aux relations sociales ce concept a été fondé en 1956, la psychologie et les sciences des médias utilisent ce terme pour définir les relations émotionnelles que nous établissons avec des personnages de fiction. Jennifer L. Barnes professeure en psychologie le jour au College of Arts and Sciences Department of Psychology de Oklahoma et auteure de roman Young Adult la nuit explique ce phénomène dans une conférence.

Aimer c’est ce qu’il y a de plus beau…. Aimer des personnages en 2D

Pour savoir si les sentiments ressentis vis-à-vis d’un personnage fictif peuvent être considérés comme réels ou non, il faut tout d’abord s'arrêter sur une rapide tentative de définition de l’amour. En français le terme « amour » est défini par un sentiment vif qui pousse à aimer quelqu’un, à lui vouloir du bien et à s’y identifier plus ou moins. Les Grecs avaient sept mots différents pour parler d'amour : philautia, pragma, ludus, eros, philia, storge et agape. Chacun de ces termes qualifie des formes d’amour qui diffèrent les unes par rapport aux autres mais qui englobent parfaitement les sentiments que l’on peut ressentir pour un personnage fictif même si ces sentiments se distinguent d’une personne à l’autre. On peut parler de storge pour décrire un amour familial et par exemple pour désigner l'affection qu'on porte aux personnages avec lesquels on a grandi mais on pourra parler de philia s'il s'agit d'un amour-ami platonique basé sur l'appréciation du côté vertueux du personnage.

De nombreuses recherches ont établi que ces relations parasociales sont très similaires, d’un point de vue psychologique, à celles que nous entretenons avec des personnes réelles. L’aspect le plus évident qui les différencie des relations sociales étant qu’elles sont forcément unilatérales puisque les personnages n’appartiennent pas à notre réalité. 

Moi, les personnages que j'aime et nos relations parasociales

L’une des premières raisons de l’attachement que l’on porte à ces personnages fictifs vient tout d’abord de la narration de l’œuvre à laquelle appartient un personnage. Elle nous amène à partager les moments-clés de l’existence de ces personnages de même que des scènes intimes généralement réservées aux proches. Cela est amplifié par la longueur de l’histoire. En effet, la fréquentation sur le long terme de personnages fictifs entraîne un sentiment d’attachement, comme l’on s’attache à quelqu’un que l’on voit souvent et à qui l’on s’intéresse.

Il est donc logique que la soudaine disparition du personnage aimé du récit provoque un sentiment de perte et une profonde détresse, la série Game of Thrones et tous les fans endeuillé.e.s à la suite des nombreuses morts est un exemple probant. La disparition d’un personnage que cela soit parce que la série arrive à sa conclusion ou parce qu’il décède provoque des émotions similaires à un deuil réel.

Tout cela perd en quelque sorte notre cerveau qui ne parvient plus à distinguer ce sentiment profond d’une relation réelle avec un personnage dont nous sommes conscients qu’il n’est pas réel. 

Que produisent les relations parasociales sur les individus ?

Les chercheurs considèrent que ces relations constituent une extension du cercle des individus et donc un complément à leurs relations réelles puisque les individus sont conscients que le personnage reste fictif.

D’un point de vue personnel, les personnes qui ont peu de confiance en elles auront plus de faciliter à nouer des relations parasociales avec des personnages qui représentent leur « soi-idéal » et pourront grâce à cette connexion s’assimiler petit à petit à ces personnages et étoffer leur estime d’elles-mêmes. Ce qui facilitera par la suite leurs interactions sociales avec des personnes réelles du fait notamment du développement de l’empathie que les relations parasociales permettent.

Multiplier les relation parasociales permet aussi de créer des liens avec des personnes entretenant également des relations parasociales avec des personnages différents ou avec les mêmes personnages que nous. Comme le dit l’adage « qui se ressemble s’assemble » c’est donc en échangeant autour de ces personnages fictifs que nous enrichissons nos interactions sociales.

Qu'ont produit les individus grâce aux relations parasociales ?

Tout cela nous amène donc à nous demander ce qui résulte finalement de ces relations parasociales : elles créent des communautés. Un des exemples le plus flagrant peut être Harry Potter, l’œuvre et ses fans sont tellement ancré.e.s dans la pop culture que si vous demandez à presque n’importe qui quelle est sa maison vous aurez une réponse immédiate. L’avènement d’internet a permis la prolifération des blogs de discussions, les conventions, le partage de travail de fan en rapport avec l’œuvre…

En effet, les relations parasociales donnent de la matière à l’imagination de son public. La communauté se regroupe donc autour de ces différentes créations, il y en existe de toutes sortes mais les plus communes sont les fanfictions, les fanarts et le cosplay. Mais on trouve aussi des chansons, des animatics, des jeux vidéo et tout cela avec pour seul moteur le partage de sa passion. Il n’y a aucune limite à ce que les fans peuvent faire et partager pour les autres fans.

 

Fanart de Hawks de My Hero Academia par Slim Bahri

Fanart de Hawks de My Hero Academia par Slim Bahri

Ce qu’il faut retenir…

En d’autres termes ces relations peuvent être perçues comme des bulles de bonheur, des pastilles de sérotonine et d’ocytocine pures qui nous permettent d’appréhender nos relations sociales avec plus de douceur, d’empathie et de confiance en soi et que l’on peut partager. Donc si vous entretenez ces relations parasociales vous êtes parfaitement sain d'esprit ! 

 

Pour aller plus loin :

Que diriez-vous de rejoindre votre personnage préféré dans une réalité que vous auriez vous-même façonnée ? 

C'est possible ! Grâce au Shift mais ça c'est une autre histoire que seul.e vous pourrez raconter...

Quant à nous, nous retournons dans nos bulles de bonheur.

Lucie et Célia.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires



A vous de jouer !