Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Accueil

                   MDL Aix











© Ronald Van Cauter, 2006

 

Chercher dans le catalogue de la bibliothèque



A vous de jouer !

6 février 2021 6 06 /02 /février /2021 18:15

 

Le féminisme est un combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes ou pour le dire autrement une lutte contre la domination des hommes sur la société. Nous devrions tous être concernés par le sujet. Mais au-delà de cette définition très simple, le féminisme est mal vu voire tabou.

Rosie the riveter

Le mouvement féminisme fait parler de lui et dérange depuis quelques années mais ce mouvement ne date pas de #metoo et des événements qui ont bouleversé le monde ces cinq dernières années. Le féminisme existe depuis le XIXe s. Les femmes luttaient à l’époque pour les droits civiques. Après mai 68 le combat change, on luttait contre la capitalisme et le patriarcat, on voulait agir sur la domination masculine.

Ce combat veut révolutionner la société et mettre tout le monde à égalité. Terminez les comportements dits normaux que la société a instrumentalisé, terminez les normes. Terminez la femme objet, terminez la femme à la cuisine. Le féminisme dérange et il est critiqué. Les féministes selon leurs détracteurs sont de vieilles aigries, des mal baisées, des extrémistes, des femmes qui détestent les hommes et veulent la supériorité. On peut entendre aussi “on n plus besoin des féministes on n'est pas oppressée."

Les féministes se battent originellement dans la rue mais on voit de plus en plus de féministes prendre le pouvoir sur les réseaux sociaux et notamment Instagram. Le combat se modernise et s’affranchit des barrières de la rue. Nous pouvons tous accéder à l’information sur ce mouvement et nous devons aussi le soutenir.

Soyons tous féministes pour une société plus juste !

"Les hommes de qualité soutiennent l'égalité du genre" slogan mis en avant lors d'une marche pour les droits des femmes 

Depuis ces cinq dernières années avec les mouvements #metoo et #balancetonporc, on constate que la parole des femmes se développe de plus en plus sur les réseaux sociaux. Elles se sont libérées en dénonçant leurs agresseurs, en parlant de leurs histoires personnelles comme les violences gynécologiques et obstétricales avec le compte @balancetonuterus, en dénonçant le harcèlement sexiste dans la rue comme sur le compte @disbonjoursalepute... Ce type de comptes a explosé et rencontre du succès sur Instagram.

Le mouvement féminisme est présent sur les plateformes, son image est rajeunie grâce aux réseaux sociaux et devient accessible à tous.

Les réseaux sociaux sont des outils pratiques, utilisés pour partager du contenu. On peut voir des photos, des vidéos et des textes plus ou moins pertinents selon ce qu’on veut exprimer ou ce qu’on recherche. Les comptes féministes et associés proposent des idées pour débattre, trouver des individus qui soutiennent les mêmes valeurs, avoir une communauté. 

 

On trouve différents types de contenus féministes sur les réseaux sociaux. 

Des comptes veillent à éduquer les utilisateurs par l’humour comme @memespourcoolkidsfeministes. Ce compte partage des memes, c’est-à-dire des images détournées avec humour. Ils servent à nous questionner sur l’actualité et le monde tout en ayant une pointe d’humour.

meme féministe 

D’autres expriment et clament leurs revendications, @clitrevolution a sorti Le Manuel d’activisme du féminisme aux éditions des Femmes. Ce livre permet d’évoquer différentes techniques d’activismes pour faire évoluer la société. C’est une aide pour devenir une féministe active

@legangduclito a réussi à faire entrer un schéma complet du sexe féminin dans des manuels scolaires en faisant une lettre ouverte au Ministre de l’éducation nationale. C’est une avancée féministe. 

D’autres médias sur Instagram comme @l’importante.fr @simonemedia.fr informent les utilisateurs par rapport à l’actualité. Cette actualité traitent d'évènements et de personnes généralement féministes ou ayant un rapport avec le féminisme.

@collages_feministes_aix est un compte féministe qui publie des photographies d’affiches collées dans les rues d'Aix-en-Provence avec des messages forts et cinglants pour questionner les passants. Plusieurs villes de France utilisent les mêmes techniques.

 

C’est intéressant d’utiliser Instagram comme outil pour partager les idées féministes car cette plateforme cible plutôt un public jeune. Certains sont engagés pour différentes causes, cela permet donc à des comptes, des personnalités ou des mouvements de se constituer un public qui va les suivre, transmettre leurs idées ou au contraire exprimer leurs désaccords.

Sur Instagram notamment, on peut insérer des images qui peuvent appuyer le post. Les images sont tout aussi importantes que les posts rédigés et inversement. Elles peuvent avoir plus d’impact parfois, cela peut être une bonne solution pour partager des idées. Avoir un compte et partager des posts sur ce sujet participe à éclairer, à donner à débattre, à apprendre et même à s’amuser pour comprendre notre environnement. 

 

Tous les types de féminismes sur tous les sujets possibles sont présents sur la toile. En passant par les femens qui décident de faire des actions chocs pour capter tous les publics possibles et les faire questionner.

Les féministes libérales, ce sont ceux qui n’accordent pas d'importance entre les sexes dans l’espace public. Ce courant utilise des méthodes réformistes par la voie législative. 

L’éco-féminisme est aussi un mouvement en forte croissance avec les marches pour le climat. Ce sont des slogans féministes mélangés aux revendications écologiques. Pour eux, l’écologie doit être repensée comme les relations entre les genres qui ont des similitudes et des causes communes. 

Cependant, il faut parfois prendre du recul par rapport aux informations et savoir garder un œil critique sur ce qu'on lit ou voit. 

Les réseaux sociaux ont ouvert la porte aux combats féministes qui secouent le XIXe et surtout ces cinq dernières années. Ils ont libéré la parole des femmes et des associations qui défendent les droits et les revendications des femmes. Seulement les réseaux facilitent aussi la propagation d’images néfastes, de clichés et de haine.

On peut notamment citer des femmes ou même plus généralement de personnes tous genres confondus qui postent des photos ou des textes sur la libération des corps. Les corps montrés ou décrits sur les réseaux, et en particulier sur des comptes féministes sont différents, mais ils sont aussi réels. C’est ce qui fait la différence entre les corps des mannequins, des influenceuses et d’autres femmes influentes.

Ces images de corps féminins avec des poils, des vergetures, avec ou sans poitrine, des hanches, du gras dérangent et choquent. Les internautes sous couvert d’anonymat, de liberté d’expression ou autres arguments non valables se permettent de donner des avis souvent méchants et sans fondements. Ces personnes appelées haters dans le jargon d’internet critiquent les femmes, l’image que leur corps renvoie et dévoilent la société conformiste dans laquelle ils sont installés et ne sont pas près de quitter. Le corps des femmes quand il n’est pas instrumentalisé déplait.

 

"Mon esprit, mon corps, ma liberté" slogan brandit par une manifestante féministe

Instagram est l’outil d’expression le plus utilisé dans le monde, c’est pourquoi une censure sévère sévit. Et c’est bien souvent le corps des femmes qui en pâtit. Les corps ne rentrant pas dans la norme sont censurés. Les seins et les tétons sont surtout la pomme de la discorde de notre société qui vit à travers les écrans. Sur les photos, ils doivent être floutés, cachés ou sinon le contenu disparaîtra de la plateforme. Et cela que ce soit une photo, un dessin, une peinture. Pourtant les hommes ont eux aussi des tétons. Et ce fait ne leur arrive jamais…

La vision des femmes engagées, dans des combats artistiques, médiatiques, politiques etc. inspire à certains des sentiments négatifs. On assiste même à la censure de comptes ou d'images signalés par des internautes en profond désaccord avec la publication. Ces comportements sont illogiques quand on voit les publications que certains politiques (entre autres) publient sur leurs réseaux sociaux. La femme objet qui sert à mettre en valeur un produit n’est pas propre à Instagram. La publicité a très bien exploité le phénomène. On ne compte plus le nombre de spots publicitaires qui montrent des canons qui mettent en valeur des yaourts, des bouteilles d’eau, des voitures ou du parfum. Sur Instagram c'est ce même genre de femmes (des influenceuses) qui est mis en avant pour vendre des produits.

Les réseaux sociaux veulent développer un escadron d’individus qui serait le porte-parole du féminisme mais comme toute armée les féministes et leurs alliés doivent affronter une cohorte d’ennemis qui veulent les réduire au silence et surveiller leurs moindres faits et gestes.

Le féminisme et son mouvement englobent de nombreuses particularités. La déconstruction des tabous, des valeurs et des injonctions que la société nous donne est une de ces particularités. Les réseaux sociaux, tout comme les fréquentations sont des groupes de pairs qui peuvent nous aider à sortir des valeurs ancrées en nous qu’on nous a transmises durant notre éducation. Ils nous ouvrent à d’autres idées qui peuvent nous correspondre, nous apprendre de nouvelles façons de voir la société. 

Emma Watson lors de son discours pour #HeForShe

La femme dans la société a une image installée, elle doit être féminine mais pas trop, elle doit être sensible mais pas hypersensible. Elle doit aussi avoir des connaissances culturelles sans pour autant être supérieure à l’homme sinon cela est agaçant. La femme doit se maquiller tout en restant naturelle. Tout comme l’homme qui a du pouvoir, la société nous impose des dictats de genre auxquels les hommes doivent aussi correspondre. Il ont eux aussi leurs parts d'oppression (la masculinité, la virilité…). Le féminisme permet d’ouvrir les yeux sur les actes, les normes installés et les conditions sociétales dans lesquelles nous vivons. 

Nous voyons par exemple que sur Instagram les modèles doivent être parfaits. Ils correspondent à ce qu’il y a de beau selon la société. On ne doit montrer que le positif, le beau sans pour autant se démarquer et montrer la vérité. Les modèles qui ne correspondent pas à la belle image peuvent être méprisés.

L’exemple de Emily Ratajkowski @emrata, un modèle connu internationalement qui a posté une photo d’elle en lingerie, les bras en l’air et non épilée, est parlant. Elle décide de poser avec ses poils sachant qu’elle est connue pour son beau corps parfait. Son corps est son gagne pain. Quoi qu’elle fasse, elle sera toujours critiquée pour des détails. Elle se dit féministe, elle l’a écrit sur un de ses posts, elle défend son corps comme une œuvre d’art.  

Etre féministe ne signifie pas garder ses poils, ne pas se doucher et avoir les cheveux gras. L’idée commune d’une féministe, pour certains peut être une femme qui se néglige et ne fait pas attention à elle, qui a une haine envers les hommes. Il faut dépasser cela, on est féministe par ces actes, les valeurs qu’on soutient.

On peut avoir une morphologie X ou Y, n’importe quelle couleur de peau, porter une jupe ou un voile, être épilée ou pas, être un homme ou une femme. Être féminisme ne se définit pas par le physique ou ce que l’on porte mais par les idées soutenues. 

 

Quelques petits conseils de podcasts féministes à écouter pour être incollable sur le féminisme et se payer des grosses barres de rire. Une vidéo humoristique de bloqués. (attention 4 e degré)

Et des livres traitant le sujet

  • Vox de Christina Dalcher.
  • La Servante écarlate de Margaret Atwood
  • Baise-moi de Virginie Despentes

Bloqués #14: Le féminisme

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires



A vous de jouer !