Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Accueil

                   MDL Aix











© Ronald Van Cauter, 2006

 

Chercher dans le catalogue de la bibliothèque



A vous de jouer !

13 mars 2021 6 13 /03 /mars /2021 18:01
Aubrey Beardsley

              Aubrey Beardsley est un graveur et illustrateur britannique associé à l’art nouveau. Du 13 octobre 2020 au 10 janvier 2021, le musée d’Orsay proposait la première exposition française de cet artiste encore méconnu, alors qu’il est mort à l’âge du 25 ans. L’exposition du musée d’Orsay suit celle de la Tate Britain quelques mois auparavant et qui a su remettre cet artiste au goût du jour. Retour sur ce mouvement et cet artiste !

 

L’Art nouveau

              L’Art nouveau puise ses racines dans le Arts&Crafts, apparu en Angleterre dans les années 1860. C’est un mouvement multiformes (céramiques, verreries, affiches, meubles, objets d’art, etc…) et librement inspiré par la nature et le japonisme. La femme était aussi un thème privilégié, et on voulait créer des formes à la fois simples et harmonieuses. Les artistes représentent presque jusqu’à l’imitation fleurs, végétaux ou insectes dans leurs créations.

L’objectif était de relancer l’art de l’ébénisterie, de la poterie, de l’émaillage, etc… et c’est ainsi que s’est exprimé l’émergence du design au travers de ce mouvement. Ce nouveau style décoratif voulait remettre au goût du jour les vertus de l’artisanat, face à l’émergence de la production industrielle.

              Ce courant s’étend en France de 1890 à 1914, où on peut en observer de nombreuses créations à Paris et Nancy. Une des grandes écoles de l’Art nouveau était la ville de Nancy. C’est pourquoi des hôtels particuliers avec une décoration art nouveau (des vitraux au mobilier) ont vu le jour.

              C’est un mouvement international qui a créé des émules dans toute l’Europe : on connait notamment peut être mieux les artistes de la Sécession viennoise, tels que Gustav Klimt ou encore Alfons Mucha mieux que leurs homologues anglais. C’est surtout Hector Guimard qui est le précurseur le plus connu en France, et qui est l’architecte des bouches de métro parisiennes très originales. Ce mouvement était aussi appelé « style nouille » en France en raison de ses formes caractéristiques en arabesques.

 

L’exposition au musée d’Orsay

              L’exposition d’Aubrey Beardsley montre le parcours de l’artiste, de ses premières réalisations publiées en 1891, jusqu’à sa mort en 1898. On est surtout frappé par la variété et le foisonnement de son œuvre en si peu de temps : c’est une centaine de dessins, d’illustrations d’éditions originales et d’affiches exposées dans 3 pièces du musée.

              On y voit notamment les illustrations de La Mort d’Arthur, une adaptation de la légende du roi Arthur écrite en XVe siècle par Thomas Malory, pour laquelle il a réalisé plusieurs centaines de dessins et qui lui a permis de vivre de son art jusqu’à la fin de sa vie.

              Les plus célèbres dessins sont ceux qu’il a réalisé pour Salomé d’Oscar Wilde. L’exposition le décrit comme un « symbole de la décadence fin de siècle, amoureux du beau bizarre (…), anticonformiste et provocateur ». Ce sont des représentations assez macabres et grotesques, mais néanmoins élégantes grâce au style graphique ciselé de l’artiste.

 

Zoom sur l’artiste

              Aubrey Beardsley a vécu la majeure partie de sa vie à Londres. Il expliquait avoir « sept styles différents et [que] tous ont eu du succès ». Dans ses œuvres, ses personnages s’allongent avec des poses solennelles, presque inquiétantes, et des expressions désabusées, le sourire narquois. La majorité des dessins qu’il a réalisée était soit pour des revues (comme The Yellow Book, dont il était le co-fondateur), soit des livres : son imaginaire est donc très fortement inspiré de ses lectures. Par ailleurs, il a profité d’avoir cofondé de nombreuses revues (The Savoy) pour publier certains de ses textes.

              Beardsley s’inspire des lignes courbes et asymétriques de l’Art nouveau.          Il rajoute son style en faisant des contrastes d’aplats noirs et blancs. Il est influencé par Edward Burle-Jones, un illustrateur et graveur avec une influence médiévale et par Whistler, un peintre américain symboliste. On constate que beaucoup de ses illustrations de livres comportaient des vignettes qui rappellent les enluminures des ouvrages du Moyen-Âge.

En dehors de ses illustrations de contes et légendes , Beardsley est surtout connu pour ses illustrations érotiques, tout autant littéraires, en effet les plus connues sont tirées du Lysistrata d’Aristophane.

              Sa collaboration avec Oscar Wilde a débuté avec ses illustrations pour Salome, mais quand ce dernier a été emprisonné pour atteinte aux bonnes mœurs, l’image d’Aubrey Beardsley s’en est retrouvée entachée et il est parti pour la France.

              Aubrey Beardsley a laissé derrière lui une œuvre immense après sa mort de la tuberculose à Menton, en mars 1898, alors qu'il n'avaitpas encore 26 ans. Les quelques années de sa carrière sont encore à découvrir !

Pour aller plus loin, certaines œuvres d’Aubrey Beardsley sont présentes sur Google Art&Culture !

 

Anastasia P.

Partager cet article
Repost0

commentaires



A vous de jouer !